Lee Chang-dong

, , ,

L’œuvre de Lee Chang-dong interroge le statut du voir et de l’invisible dans un monde contemporain saturé d’images et d’informations qui oscille entre réalité et fantasme, histoire et fiction. Un cinéma qui explore l’esthétique de la disparition par le hors-champ de l’image sur fond de critique sociale et politique, de la mémoire oubliée de l’homme à son Histoire ou à la Nature.
Des images « perceptives » qui invitent à l’empathie pour ressentir « la sensation universelle de la vie » à travers de jeunes adultes qui louvoient avec leur désespoir existentiel dans ce monde dont ils sont captifs, l’espoir en berne malgré leur rage.
Un cinéma qui se joue aussi des catégories cinématographique – avec des histoires cachées dans des récits emboités par la recréation de durées différées dans la narration ou glissées dans la bande son.
Entre fiction et témoignage documentaire sur notre époque, Lee Chang-dong invente un régime d’images qui en appelle à la perception et à l’imagination en sollicitant les images mentales (invisibles) du spectateur. Un retour de mémoire pour percevoir ce « quelque chose » qui ferait vibrer les contours du réel d’un monde contemporain en cours d’évaporation et de disparition dans le virtuel.

Avec la participation active de Lee Chang-dong à ce livre – entretien et choix des images – les auteur(e)s ont exploré ce statut de l’image et de la narration propre au cinéma de Lee Chang Dong qu’il développe sur fond d’une critique sociale et politique explorant la mémoire oubliée de l’homme dans son Histoire et à la Nature.

Informations complémentaires

35 

Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter
Partager sur email

À découvrir aussi dans la collection

Inscrivez-vous à notre newsletter

Abonnez vous et recevez notre newsletter